L’actu des GAFAM #4

Pour débuter la nouvelle année, vous trouverez ici mon quatrième billet mensuel concernant l’actualité des GAFAM !
Dans ce billet, vous trouverez donc ma petite sélection d’articles qui ont été publiés dernièrement … Je vous invite bien évidemment à en prendre connaissance afin de vous forger votre opinion !

Contributopia : Dégoogliser ne suffit pas ! Peut-on faire du libre sans vision politique ? – Pierre-Yves Gosset – RMLL2018

Titre : Contributopia : Dégoogliser ne suffit pas ! Peut-on faire du libre sans vision politique ?
Intervenant : Pierre-Yves Gosset
Lieu : Rencontres mondiales du logiciel libre 2018 – Strasbourg
Date : juillet 2018
Durée : 1 h 29 min 40
Visualiser la vidéo sur PeerTube
Licence de la transcription : Verbatim
Illustration : David Revoy Contributopia – Accueil – Licence  Creative Commons By 4.0

Le naufrage moral de Facebook

C’est le nouveau scandale Facebook : comment les patrons du réseau social ont tout fait pour ne pas porter le chapeau suite aux multiples scandales dans lesquels la firme était impliquée. Le New York Times balance, et ça fait mal !

  • Nier puis cacher l’utilisation par la Russie de Facebook en vue d’influencer la présidentielle américaine de 2016 avant de la minimiser ;
  • Refuser d’adresser la situation au Myanmar qui a mené au génocide des Rohingyas (l’ONU parle de “dizaines de milliers d’individus tués, violés ou agressés”) ;
  • Tenter de minimiser l’affaire Cambridge Analytica (ça n’a pas marché !) ;
  • Embaucher une agence de communication aux pratiques douteuses, Definers, en vue de dire du mal des concurrents pour dévier l’attention de Facebook, quitte à publier des mensonges. Definers a aussi accusé George Soros d’attaquer Facebook ;
  • Faire du lobbying de façon à ce que les concurrents Google et Twitter soient aussi entendus au Sénat de façon à ce que Facebook soit plus noyé dans la masse.

Parallèlement à cela, je tombe sur un article dont le titre est Facebook propose aux publicitaires de cibler les utilisateurs croyant au « génocide blanc ». Ca me rappelle quelque chose, je fais des recherches (dans Qwant !) et je retombe sur cet article de ProPublica de septembre 2017 : Facebook a permis à des annonceurs publicitaires de cibler des gens détestant les juifs (et aussi des gens voulant savoir “comment bruler des juifs”, entre autres). Très embarrassés par ces faits, les dirigeants de Facebook ont “promis de mieux surveiller la chose”. Tu parles Charles ! 14 mois après avoir fait des promesses, ils recommencent la même erreur et continuent à s’enrichir en vendant de la pub aux gens ciblant des racistes. Les mots me manquent.

Gafams : et si la révolution venait de l’intérieur ?

Présenter de vraies excuses nécessite d’apporter une modification réelle à ce qui a provoqué le problème à l’origine de son remords. Mais pour les entreprises de technologie, présenter des excuses tient plutôt du stratagème pour ne rien faire. C’est ce que dit en substance Josh Constine (@joshconstine) sur TechCrunch, qui n’est pas vraiment la publication la plus critique de l’innovation.

Les modèles commerciaux des entreprises sont souvent en conflit avec la façon dont nous souhaitons qu’elles agissent, explique Constine. Nous voulons plus de confidentialité, mais elles tirent leurs revenus de la revente de nos données personnelles. Nous voulons contrôler notre attention, mais elles gagnent de l’argent en nous accaparant notre temps libre et en le monétisant par la publicité. Nous voulons des appareils plus sûrs, construits d’une manière responsable, mais elles font leurs marges d’une fabrication bon marché… « Même si leurs dirigeants souhaitaient sincèrement apporter des changements significatifs pour réparer leurs torts, leurs mains sont liées par des modèles d’affaires à court terme qui objectivent les résultats trimestriels ».

Voilà des années que Mark Zuckerberg n’a de cesse de s’excuser, comme le soulignait une infographie du Washington Post : ça n’empêche pas Facebook de continuer à enchaîner problème après problème.

Quand Magali boycotte Facebook

Titre : Décryptualité du 26 novembre 2018 – Quand Magali boycotte Facebook
Intervenants : Luc – Mag – Manu – Christian – Lucile
Lieu : April – Studio d’enregistrement
Date : novembre 2018
Durée : 13 min 25
Écouter ou télécharger le podcast
Revue de presse pour la semaine 47 de l’année 2018
Licence de la transcription : Verbatim
Illustration : Magali Garnero Trombinoscope de l’April – Licence LAL version 1.3 ou ultérieure, CC-BY-SA version 2.0 ou ultérieure et GNU FDL version 1.3 ou ultérieure, en savoir plus.

Au nom de la lutte anti-terroriste, un projet de règlement européen pourrait tuer l’internet indépendant

Un texte déposé par la Commission européenne en septembre, sur demande de la France et de l’Allemagne au nom de la « lutte antiterroriste », pourrait être adopté rapidement. Peu médiatisé, ce projet fait pourtant peser une lourde menace sur la liberté d’expression et les outils internet indépendants de Google, Facebook, Twitter et consorts. Sous prétexte de bloquer les contenus considérés comme terroristes, un pouvoir de censure sera confié au secteur privé et aux États, même les plus arbitraires. Certains défenseurs des libertés jugent que la survie des messageries chiffrées est également en jeu.

Reprendre le pouvoir sur ce qui nous rassemble

Nous voulons façonner les outils que les géants du Web ne peuvent ni ne veulent créer. Pour y parvenir, nous avons besoin de votre soutien.

Concevoir le logiciel MobiliZon (car ce sera son nom), c’est reprendre le pouvoir qui a été capté par les plateformes centralisatrices des géants du Web. Prendre le pouvoir aux GAFAM pour le remettre entre les mains de… de nous, des gens, des humains, quoi. Nous allons nous inspirer de l’aventure PeerTube, et penser un logiciel réellement émancipateur…

Pour une école libérée des Gafam

En novembre 2015, le ministère de l’Éducation nationale signait une convention de dix-huit mois avec Microsoft afin de « développer le plan numérique à l’école ». Deux ans plus tard, on apprenait qu’Apple organisait des visites scolaires dans ses Apple Stores. Dans la logique capitaliste, tout est marché, même et surtout les enfants.

Le prix du numérique

Tout est gratuit avec le numérique ! Ou pas.  Nous savons bien que « quand c’est gratuit, c’est nous le produit ». Mais au delà de ce constat, prenons le temps de lire ces quelques lignes pour comprendre plus profondément quel est le prix de ce numérique qui envahit notre quotidien, grâce à Serge Abiteboul.

Edge passe à chromium, quelles conséquences pour les navigateurs libres

Titre : Décryptualité du 10 décembre 2018 – Edge passe à chromium, quelles conséquences pour les navigateurs libres
Intervenants : Nolwenn – Christian – Nico – Manu – Luc
Lieu : April – Studio d’enregistrement
Date : décembre 2018
Durée : 15 min
Écouter ou télécharger le podcast
Revue de presse pour la semaine 49 de l’année 2018
Licence de la transcription : Verbatim
Illustration : Logo Chromium Wikipédia – Licence Creative Commons Attribution 2.5 Generic license.

Bientôt une v1 pour le système libre /e/

Les choses avancent bien pour le système d’exploitation pour smartphone libre initié par Gael Duval, /e/, dont je vous avais déjà parlé. La beta évolue et une version 1.0 devrait normalement voir le jour en début d’année 😉

Le magasin d’applications va être un peu modifier, et il y aura un score de vie privée pour les applications. De plus, les applications par défaut devraient pouvoir être désinstallées. De nouveaux appareils sont régulièrement supportés, c’est évidemment important pour rendre ce système accessible au plus grand nombre.

Et ce n’est que la v1. D’autres projets sont en cours. Vraiment bien pour une initiative qui n’a qu’un an environ.

Beaucoup de travail a été accomplit, c’est une bonne chose pour ce projet utile qui vise à redonner la maîtrise de son outils et de ses données aux utilisateurs, sans dépendre des GAFAM.

Vox Machines (1/2) : « Si les assistants vocaux sont la solution, quel est le problème ? »

Les interfaces vocales sont en plein boom, mais leurs modalités s’imposent souvent à nous sans que nous, utilisateurs, ayons beaucoup d’espaces pour les interroger. Dans le cadre d’une journée d’étude organisée par le Master Design transdisciplinaire, cultures et territoires de l’université de Toulouse, designers et chercheurs ont exploré des voies pour remettre la voix en contexte, pour interroger le rapport entre la parole et sa transcription, tels que les proposent les nouvelles modalités d’interaction des assistants vocaux. Retour sur cette journée de séminaire pour mieux saisir les promesses et limites des interactions vocales à l’heure où elles se préparent à envahir nos relations…

Vox Machines (2/2) : À qui les interfaces vocales s’adaptent-elles ?

Estelle Hary (@EstelleHary) est cofondatrice du studio Design Friction et designer au Linc, le laboratoire d’innovation numérique de la CNIL (qui a d’ailleurs réalisé un très riche dossier sur la question des assistants vocaux). Après nous avoir fait un rappel historique du rôle de la Commission nationale de l’informatique et des libertés et des grands principes de régulation qui encadre son action, Estelle Hary précise que la voix est plus qu’une donnée personnelle, c’est une donnée biométrique, c’est-à-dire qu’elle permet de reconnaître un individu. Les données biométriques sont uniques et permanentes et la voix est une donnée biologique et comportementale. Au regard de la loi informatique et libertés, la voix appartient à une catégorie particulière de données personnelles, dont le traitement est interdit par défaut, sauf dans certains cas, notamment parce que la voix permet d’inférer beaucoup de choses d’une personne : comme l’identité, l’âge, le sexe, l’origine géographique, la classe sociale, l’état de santé…

Contre le pouvoir des plateformes, établir une portabilité sociale des données

L’année 2018 aura été marquée par une longue litanie de scandales impliquant le réseau social Facebook, à tel point que le Guardian en a tiré un Best Of (ou Worst Of…) assez croustillant.

Cette semaine encore, le New York Time a révélé sur la base de documents confidentiels que la plateforme de Mark Zuckerberg avait conclu des accords secrets pour donner accès aux données de ses utilisateurs à des firmes comme Apple, Microsoft, Yahoo ou Amazon, autorisant même Netflix et Spotify à lire des messages privés…

Bonnes résolutions : et si nous assumions notre empreinte numérique ?

On le sait, le numérique a un coût énergétique et environnemental : l’ADEME y consacre d’ailleurs un petit guide très complet. Mais avez-vous déjà pensé à l’empreinte que vous exerciez sur l’environnement numérique lui-même ? Sans doute pas : les universités elles-mêmes tardent à prendre leur responsabilité en la matière. Il s’agit pourtant d’un enjeu majeur pour la résilience de nos sociétés, tant elles dépendent des dispositifs numériques pour s’informer et communiquer.

 


Bonus :

  1. Ce que récolte Google : revue de détail
  2. Les données que récolte Google – Ch.2
  3. Les données que récolte Google – Ch.3
  4. Les données que récolte Google – Ch.4
  5. Les données que récolte Google – Ch.5
  6. Les données que récolte Google – Ch.6
  7. Les données que récolte Google – Ch.7 et conclusion

Merci à l’équipe de traduction du Framablog … et à l’équipe du professeur Douglas C. Schmidt, spécialiste des systèmes logiciels, chercheur et enseignant à l’Université Vanderbilt pour cette belle série d’articles & pour le dossier « Google Data Collection« .

… Bonnes découvertes & bonnes lectures !


L’actu des GAFAM #2

Comme annoncé dans mon dernier Edito du 21/09/2018 @ gafam’blog, vous trouverez ici mon second billet mensuel concernant l’actualité des GAFAM !
Dans ce billet, vous trouverez donc ma petite sélection d’articles qui ont été publiés dernièrement … Je vous invite bien évidemment à en prendre connaissance afin de vous forger votre opinion !

L’Arcep veut réguler les GAFAM

Titre : Décryptualité du 1er octobre 2018 – L’Arcep veut réguler les GAFAM
Intervenants : Manu – Luc
Lieu : April – Studio d’enregistrement
Date : octobre 2018
Durée : 15 min
Écouter ou télécharger le podcast
Revue de presse pour la semaine 39 de l’année 2018
Licence de la transcription : Verbatim
Illustration : shadow-man-hand-up Openclipart Licence Creative Commons Zero 1.0 Public Domain

Rebooter le web sans changer de logiciel économique ?

Il y a dix jours, Tim Berners-Lee a publié un billet intitulé « One Small Step for the Web » dans lequel il annonce qu’il se met en retrait de ses fonctions au W3C. Il y déclare avoir pris cette décision pour consacrer l’essentiel de son temps au projet Solid (Social Linked Data) qu’il développe depuis plusieurs années en nourrissant l’espoir de rebooter le web sur des bases plus saines. Cette annonce fait suite à une interview donnée cet été à Vanity Fair, dans laquelle Tim Bernes-Lee se disait « effondré » face au constat que « le web a desservi l’humanité au lieu de la servir » :

Nous avons démontré que le Web avait échoué au lieu de servir l’humanité, comme il était censé le faire, et qu’il avait échoué par de nombreux aspects. La centralisation croissante du Web, dit-il, a fini par produire – sans volonté délibérée de ceux qui l’ont conçu – un phénomène émergent à grande échelle qui est anti-humain.

Régulation des contenus : quelles obligations pour les géants du Web ?

9 octobre 2018 – Il y a 10 jours, nous expliquions que décentraliser le Web offrait l’espoir d’une organisation démocratique de nos échanges en ligne, en solution à l’hégémonie de l’économie de l’attention. En effet, les géants du Web distordent nos échanges pour des raisons économiques en favorisant les propos anxiogènes, caricaturaux, violents ou payés… au détriment des autres, et cela doit être corrigé.

Nos plaintes contres les GAFAM avancent !

10 octobre 2018 – Nous venons de recevoir des nouvelles de la CNIL au sujet de nos plaintes collectives, engagées en mai 2018 contre Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft. Ces nouvelles sont encourageantes.

Les plaintes contre Apple, Facebook et Microsoft ont été transmises à l’autorité irlandaise de protection des données, qui a commencé l’instruction des dossiers. Pourquoi est-ce l’autorité irlandaise qui instruira nos plaintes, plutôt que la CNIL française, à qui nos plaintes étaient destinées ?

Comme nous le rappelions déjà en mai dernier, le RGPD a posé un nouveau cadre de coopération entre les différentes « CNIL » européennes : si une entreprise collecte des données dans plusieurs pays européens, les CNIL de tous ces pays doivent collaborer pour contrôler cette entreprise. La CNIL de l’État où l’entreprise a le « centre de ses activités » dans l’Union européenne est désignée « autorité chef de file ». Cette autorité chef de file est chargée de conduire l’instruction et d’animer la coopération entre les autorités. C’est en Irlande que Apple, Facebook et Microsoft ont le centre de leurs activités européennes. La CNIL irlandaise est donc l’autorité chef de file pour instruire nos plaintes.

S’agissant d’Amazon, la plainte a été transmise à l’autorité du Luxembourg – puisque, cette fois-ci, c’est dans ce pays qu’Amazon a le centre de ses activités au sein de l’Union.

Enfin, qu’en est-il de Google ? C’est ici que la situation devient la plus intéressante.

3 ans ⅔ de « Dégooglisation » : bilan, impact et perspectives

Titre : Dégooglisons internet : 3 ans de campagne ou 3 ans ⅔ de « Dégooglisation » : bilan, impact et perspectives.
Intervenant : Pierre-Yves Gosset
Lieu : Rencontres mondiales du logiciel libre 2018 – Strasbourg
Date : juillet 2018
Durée : 1 h 01 min 12
Visualiser la vidéo
Licence de la transcription : Verbatim
Illustration :diapositive du diaporama support de la présentation

Libre à vous ! Radio Cause Commune – Transcription de l’émission du 2 octobre 2018

Titre : Émission Libre à vous ! diffusée mardi 2 octobre 2018 sur radio Cause Commune
Intervenants : Frédéric Couchet – Xavier Berne – Tangui Morlier – Laurence Comparat – Étienne Gonnu – Béatrice jean-Jean
Lieu : Radio Cause commune
Date : 2 octobre 2018
Durée : 1 h 30 min
Écouter ou télécharger le podcast
Page des références utiles concernant cette émission
Licence de la transcription : Verbatim
Illustrations : Bannière radio Libre à vous – Antoine Bardelli ; licence CC BY-SA 2.0 FR ou supérieure ; licence Art Libre 1.3 ou supérieure et General Free Documentation License V1.3 ou supérieure. Logo radio Cause Commune, avec l’accord de Olivier Grieco

De l’éthique dans les organisations : réduire le fossé entre pratiques et discours

La conférence Ethics by Design (@designethique) qui se tenait à Saint-Denis début octobre était l’occasion de faire le point sur la conception éthique dans ses multiples acceptions. L’un des fils rouges de ces rencontres, interrogeait la question de l’éthique dans les organisations… Retour sur quelques-unes des présentations, pour tenter de cerner les forces et les limites du sujet.

Le droit comme outil d’humanisation du travail des données

J’ai été invité récemment à l’Université d’automne du syndicat CFE-CGC, qui s’intéressait cette année à la question des répercussions des nouvelles technologies sur le travail. On m’avait demandé de traiter le sujet suivant : « Big Data, Intelligence Artificielle : quels outils pour que l’entreprise conserve son humanité ? ». Je poste ci-dessous le texte de l’intervention, illustré par les diapos sur lesquelles je me suis appuyé.

la plateforme de vidéos libre et fédérée

Ce qui nous fait du bien, chez Framasoft, c’est quand nous arrivons à tenir nos engagements. On a beau faire les marioles, se dire qu’on est dans l’associatif, que la pression n’est pas la même, tu parles !

Après le financement participatif réussi du mois de juin 2018, nous avions fait la promesse de sortir la version 1 de Peertube en octobre 2018. Et alors, où en sommes-nous ? Le suspense est insoutenable.

Nous étions confiants. Le salaire du développeur principal, Chocobozzz, était assuré jusqu’à la fin de l’année, nous avions déjà recensé des contributions de qualité, nous avions fait un peu de bruit dans la presse… Cependant, nous avions aussi pris un engagement ferme vis-à-vis de nos donateur·ices, ainsi qu’auprès d’un large public international qui ne nous connaissait pas aussi bien que nos soutiens francophones habituels.

Ne vous faisons pas languir plus longtemps, cette version 1.0, elle est là, elle sort à l’heure dite et elle tient ses promesses, elle aussi. C’est l’occasion de dérouler pour vous un récapitulatif des épisodes précédents, ce qui vous évitera de farfouiller dans le blog pour retrouver vos petits. On sait que c’est pénible, on l’a fait. 🙂

C’est quoi, PeerTube ? Une révolte ? Non, Sire, une révolution

Changer le monde, un octet à la fois

Cette année, comme les précédentes, Framasoft fait appel à votre générosité afin de poursuivre ses actions.

Depuis 14 ans : promouvoir le logiciel libre et la culture libre

L’association Framasoft a 14 ans. Durant nos 10 premières années d’existence, nous avons créé l’annuaire francophone de référence des logiciels libres, ouvert une maison d’édition ne publiant que des ouvrages sous licences libres, répondu à d’innombrables questions autour du libre, participé à plusieurs centaines d’événements en France ou à l’étranger, promu le logiciel libre sur DVD puis clé USB, accompagné la compréhension de la culture libre, ou plutôt des cultures libres, au travers de ce blog, traduit plus de 1 000 articles ainsi que plusieurs ouvrages, des conférences, et bien d’autres choses encore !

Depuis 4 ans, décentraliser Internet

En 2014, l’association prenait un virage en tentant de sensibiliser non seulement à la question du libre, mais aussi à celle de la problématique de la centralisation d’Internet. En déconstruisant les types de dominations exercées par les GAFAM (dominations technique, économique, mais aussi politique et culturelle), nous avons pendant plusieurs années donné à voir en quoi l’hyperpuissance de ces acteurs mettait en place une forme de féodalité.

Et comme montrer du doigt n’a jamais mené très loin, il a bien fallu initier un chemin en prouvant que le logiciel libre était une réponse crédible pour s’émanciper des chaînes de Google, Facebook & co. En 3 ans, nous avons donc agencé plus de 30 services alternatifs, libres, éthiques, décentralisables et solidaires. Aujourd’hui, ces services accueillent 400 000 personnes chaque mois. Sans vous espionner. Sans revendre vos données. Sans publicité. Sans business plan de croissance perpétuelle.

Mais Framasoft, c’est une bande de potes, pas la #startupnation. Et nous ne souhaitions pas devenir le « Google du libre ». Nous avons donc en 2016 impulsé le collectif CHATONS, afin d’assurer la résilience de notre démarche, mais aussi afin de « laisser de l’espace » aux expérimentations, aux bricolages, à l’inventivité, à l’enthousiasme, aux avis divergents du nôtre. Aujourd’hui, une soixantaine de chatons vivent leurs vies, à leurs rythmes, en totale indépendance.

Il y a un an : penser au-delà du code libre

Bonnes feuilles : l’intelligence artificielle, le risque de la colonisation numérique

Développer des intelligences artificelles, notamment sur un modèle de deep learning, n’est pas exempt de difficultés, et ce sont les moyens d’y remédier qui vont créer des enjeux bien plus larges que le simple aspect technologique. Une des limites du Deep Learning suppose de prendre en compte la nécessité de disposer d’une base de données dense pour développer des intelligences artificielles.

Sur ce point, il est important de comprendre où se trouvent ces données d’apprentissage car elles représentent la nouvelle ressource de l’ère numérique.

Le libre, oui, mais comment

Petit billet d’humeur suite à quelques échanges avec Framasoft et les Chatons. Voici quelques pensées, un peu en vrac, sur le libre…

Internet : neutre mais pas trop ? La méthode scientifique

Titre : Internet : neutre mais pas trop ?
Intervenants : Serge Abiteboul – Benjamin Bayart – Mathilde Morineaux – Sébastien Soriano – Céline Loozen – Nicolas Martin
Lieu : Émission La méthode scientifique – France Culture
Date : septembre 2018
Durée : 58 min
Écouter sur le site de l’émission ou écouter le podcast
Licence de la transcription : Verbatim
Illustration : Symbole de la neutralité du réseau – Camilo Sanchez. Domaine public

Crise de l’imagination : l’inventeur du web prend ses responsabilités, et vous ?

Sans lui, le web n’existerait pas. Tim Berners-Lee voulait aider les gens à travailler ensemble, à commencer par ses collègues du CERN. Pour son inventeur, le web a toujours eu la vocation d’être contributif : à chacun de l’enrichir en contenus et en liens. Cet idéal est plus que jamais menacé par le duopole que constituent Google (qui n’a rien d’un service public) et Facebook (qui n’a rien d’un média comme un autre), cela n’a pas échappé au principal intéressé.

L’inventeur du web a annoncé qu’il interrompait ses activités au MIT ainsi qu’à la tête du W3C pour prendre la direction technique d’une startup, Inrupt, vouée à soutenir la diffusion et le développement d’un logiciel open source sur lequel il travaillait depuis quelques années avec son équipe : Solid. L’ambition de ce projet : nous redonner la maîtrise de nos données. En créant son POD (Personnal Online Data Store), chacun pourra choisir où seront stockées ses données personnelles et décider quelles applications auront accès à quelles données… à condition d’opter pour des applications conçues pour ce nouvel écosystème. Par leur initiative, Tim Berners-Lee et ses collaborateurs espèrent contribuer à provoquer le sursaut d’imagination : comme l’affirme désormais l’association Framasoft, dégoogliser Internet ne suffit pas.

« Nous ne sommes pas propriétaires, mais maîtres de nos données »

Titre : Valérie Peugeot : « Nous ne sommes pas propriétaires, mais maîtres de nos données »
Intervenantes : Valérie Peugeot – Caroline Broué
Lieu : France Culture – Émission Les Matins du samedi
Date : février 2018
Durée : 32 min 50 [parties transcrites]
Écouter sur le site de l’émission ou écouter le podcast
Licence de la transcription : Verbatim
Illustration : RGPD : Guide sur la sécurité des données personnelles, Martin Bouvron. Quai Alpha. Logo France Culture Wikipédia

La précarité des utilisateurs d’informatique propriétaire quand l’éditeur change de modèle

Titre : La précarité des utilisateurs d’informatique propriétaire quand l’éditeur change de modèle – Décryptualité du 22 octobre 2018
Intervenants : Manu – Luc
Lieu : April – Studio d’enregistrement
Date : octobre 2018
Durée : 14 min 38
Écouter ou télécharger le podcast
Revue de presse pour la semaine 42 de l’année 2018
Licence de la transcription : Verbatim
Illustration : Cloud Computing Image Wikimedia Commons. Licence Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported.


Bonus :

Les deux documentaires diffusés le soir du 01/11/18 sur France 2 :

Google, Apple, Facebook, les nouveaux maîtres du Monde

Faut-il avoir peur d’Amazon ?

… Bonnes découvertes & bonnes lectures !


Framadrop

Partager des fichiers de façon confidentielle

Framadrop est un service en ligne gratuit et libre pour partager des fichiers de manière confidentielle.
Vos images sont cryptées et hébergées sur notre serveur et nous n’avons aucun moyen de les décrypter.

Pour vous aider dans l’utilisation du logiciel, voici un tutoriel vidéo réalisé par arpinux, artisan paysagiste de la distribution GNU/Linux pour débutant HandyLinux.

Framadrop est dérivé du logiciel Lufi créé par Luc Didry. Lufi est sous licence libre AGPL.

Les sources de Framadrop sont disponibles sur la forge logiciel de Framasoft.

Pour participer au développement du logiciel, proposer des améliorations ou simplement le télécharger, rendez-vous sur le site de développement.

Si vous souhaitez installer ce logiciel pour votre propre usage et ainsi gagner en autonomie, l’équipe de Framasoft vous aides @ http://framacloud.org/cultiver-son-jardin/installation-de-lufi/


SOURCE & + d’infos @

 

Framabin

Transmettez des messages chiffrés

Framabin est un service en ligne libre et minimaliste qui permet de partager des textes de manière confidentielle et sécurisée.

Vos données (commentaires inclus) sont chiffrées dans le navigateur web en utilisant l’algorithme AES 256 bits.
Elles sont ensuite transmises et stockées sur les serveurs de Framasoft sans qu’il nous soit possible de les déchiffrer. Vous seuls possedez la clé utilisée pour chiffrer et déchiffrer les données.

Framabin repose sur le logiciel PrivateBin, un fork de ZeroBin initialement développé par Sébastien Sauvage.

PrivateBin et ses composants sont sous licence libre.

Framabin requiert l’activation du Javascript pour fonctionner ainsi qu’un navigateur web récent : L’utilisation d’Internet Explorer n’est pas recommandée.

Pour participer au développement du logiciel, proposer des améliorations ou simplement le télécharger, rendez-vous sur le site de développement.

Si vous souhaitez installer ce logiciel pour votre propre usage et ainsi gagner en autonomie, l’équipe de Framasoft vous aides @ http://framacloud.org/fr/cultiver-son-jardin/pastebin.html


SOURCE & + d’infos @

 

Framemo

Mettez vos idées au clair

Framemo est un service en ligne libre et minimaliste qui permet d’éditer et d’organiser collaborativement des idées sous forme de notes.

Framemo reposee sur le logiciel Scrumblr développé par Ali Asaria. Scrumblr et ses composants sont sous licence libre.

Framemo requiert l’activation du Javascript pour fonctionner ainsi qu’un navigateur web récent : L’utilisation d’internet Explorer n’est pas recommandé.

Pour participer au développement du logiciel, proposer des améliorations ou simplement le télécharger, rendez-vous sur le site de développement.

Si vous souhaitez installer ce logiciel pour votre propre usage et ainsi gagner en autonomie, l’équipe de Framasoft vous aides @ http://framacloud.org/cultiver-son-jardin/installation-de-scrumblr/


SOURCE & + d’infos @

Framinetest

Framinetest Édu

Le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent.
Toi, tu creuses.

Qu’est-ce que c’est ?

Vous êtes un Robinson dans un jeu de légos vivant. Un monde fait de cubes : terre, eau, sable, minéraux, faune et flore… dont les règles qui le régissent simulent le nôtre (jour & nuit, température, érosion, reproduction des espèces…)

… Pourquoi ne pas commencer par l’explorer ?

Framinetest Édu est un monde du jeu « bac à sable » Minetest (monde de blocs à modifier) dédié à l’éducation, aux activités pédagogiques et au serious gaming.

Framinetest Édu est une instance du serveur Minetest développé par la communauté minetest.

Minetest est sous licence Creative Commons CC-BY-SA 3.0.

Pour participer au développement du logiciel, proposer des améliorations ou simplement le télécharger, rendez-vous sur le site de développement.

Si vous souhaitez installer ce logiciel pour votre propre usage et ainsi gagner en autonomie, l’équipe de Framasoft vous aides @ http://framacloud.org/cultiver-son-jardin/installation-de-minetest/


SOURCE & + d’infos @

 

 

 

 

Framagames

Des jeux libres pour jouer en ligne ou déconnecté.

Retrouver une sélection de jeux sous licence libre, à jouer en ligne ou à installer sur son ordinateur (alternative à Kongregate).

  • 1597 : Fork de 2048 avec la suite de Fibonacci
  • 2048 Frama : 2048 aux couleurs de Framasoft
  • 2048 : On ne présente plus 2048 !
  • e-Tris : Classique et indémodable Tétris
  • Pappu Pakia : Un flappy bird like
  • Esviji : Dégommez des chiffres
  • Orbium : Un jeu de boules pour tous les âges
  • Roundball : Intervertissez des boules pour les aligner
  • SokoJS : Rangez des caisses
  • Solitaire : Du très classique
  • SudokuJS : Placez les nombres de 1 à 9
  • Zlizer : Ajoutez ou séparez des bulles

Amusez-vous bien durant la « pause estivale » …


SOURCES & + d’infos @

Framaestro

Orchestrez vos projets collaboratifs

Rassembler un pad, une vidéo-conférence et bien d’autres outils en une seule fenêtre et seule une adresse web : idéal pour les réunions.

Framaestro vous permet d’afficher sur une même page différents sites web ou outils collaboratifs en ligne.
Vous pouvez ainsi présenter, communiquer et travailler à plusieurs sur différents documents en même temps. Exemples d’utilisation :

Vous pouvez ainsi :

  1. Créez un projet
  2. Ajoutez les différents outils et sites que vous voulez utiliser
  3. Invitez vos collaborateurs à vous rejoindre en leur envoyant par courriel l’adresse du projet.

Framaestro est développé par Framasoft et fait appel à plusieurs bibliothèques JavaScript, notamment jsPanel et TogetherJS.

Le logiciel est sous licence MIT.

Pour participer au développement du logiciel, proposer des améliorations ou simplement le télécharger, rendez-vous sur le site de développement.

Si vous souhaitez installer ce logiciel pour votre propre usage et ainsi gagner en autonomie, l’équipe de Framasoft vous aides @ http://framacloud.org/cultiver-son-jardin/installation-de-framaestro/


SOURCES & + d’infos @

Framapic

Partagez des images de façon confidentielle

Envoyer ses images en ligne, pour les partager seules avec un seul lien, ou en faire une galerie (alternative à Img.ur).

Framapic est un service en ligne libre qui permet de partager des images de manière confidentielle.

  1. Collez l’image à transmettre.
  2. Si besoin, définissez sa durée de conservation en ligne.
  3. Partagez ensuite avec vos correspondants le lien qui vous est donné.

Framapic est une instance parmi d’autres du logiciel Lutim développé par Luc Didry.

Lutim est sous licence libre AGPL.

Pour participer au développement du logiciel, proposer des améliorations ou simplement le télécharger, rendez-vous sur le site de développement.

Les sources du thème Framapic sont disponibles sur la forge logicielle de  l’équipe de Framasoft.

Si vous souhaitez installer ce logiciel pour votre propre usage et ainsi gagner en autonomie, l’équipe de Framasoft vous aides @ http://framacloud.org/cultiver-son-jardin/installation-de-lutim/


SOURCES & + d’infos @