LibreOffice

Pour continuer cette série d’articles concernant les logiciels libres, je me devais de présenter également le logiciel de la Document Fondation que j’utilise au quotidien depuis des années …

LibreOffice (parfois abrégé en LibO ou LO) est une suite bureautique libre et gratuite, dérivée du projet OpenOffice.org, créée et gérée par The Document Foundation4.

LibreOffice est notamment soutenu par la Fondation pour le logiciel libre5et rassemble autour du projet une grande partie de l’ancienne « communauté d’OpenOffice.org ». LibreOffice est intégré au socle interministériel de logiciels libres.

Un peu d’histoire :

À la suite du rachat de Sun Microsystems, propriétaire de la marque OpenOffice.org, par Oracle7 et aux difficultés relationnelles grandissantes entre Oracle et la communauté OpenOffice.org, celle-ci décide, le 28septembre2010, de se détacher d’Oracle et de créer une fondation indépendante, The Document Foundation, pour poursuivre le projet sur une base plus communautaire sous le nom de LibreOffice.

Je ne peux donc que vous encourager à utiliser également ce logiciel libre, qui est une belle alternative à la suite bureautique de Microsoft.

Faites plus – facilement, rapidement :

LibreOffice est une suite bureautique puissante ; son interface claire et ses outils avancés libèrent votre créativité et accroissent votre productivité.
LibreOffice intègre plusieurs applications qui en font la suite bureautique Libre & Open Source la plus évoluée du marché.

LibreOffice est un logiciel Libre et Open Source. Le développement est ouvert à de nouveaux talents et de nouvelles idées, et notre logiciel est testé et utilisé quotidiennement par une communauté d’utilisateurs importante et dévouée.

SOURCES & + D’INFOS @

Me soutenir

Si vous aimez ce que je (re)diffuse & si vous voulez me soutenir : Vous pouvez m’aider à continuer en me faisant un don en Ğ1

Mozilla Thunderbird

Pour continuer cette série d’articles concernant les logiciels libres, je me devais de présenter également l’autre logiciel de la Fondation Mozilla que j’utilise au quotidien depuis des années …

Mozilla Thunderbird (prononciation : /mɒd.ˈzɪl.ə ˈθʌn.də.bɜː(ɹ)d/) est un client de messagerie et de messagerie instantanée, libre, distribué gratuitement par la fondation Mozilla et issu du projet Mozilla. Le projet, uniquement consacré au courrier électronique, aux groupes de discussion et aux flux RSS et Atom, se veut plus léger et plus rapide que la suite Mozilla. Tout comme Firefox, Thunderbird est basé sur le moteur Gecko et dispose d’une interface en XUL, ce qui lui permet de fonctionner sur diverses plates-formes. Il est également « extensible », c’est-à-dire qu’il peut facilement recevoir de nouvelles fonctionnalités par l’ajout d’extensions.

Thunderbird est distribué selon les termes de la licence publique Mozilla (MPL) et diverses autres licences libres, ce qui lui permet d’être porté sur la plupart des systèmes d’exploitation.

Le logiciel est intégré à la liste des logiciels libres préconisés par l’État français dans le cadre de la modernisation globale de ses systèmes d’informations (S.I.).

Un peu d’histoire :

Originellement nommé « Minotaur » (à l’époque où Firefox s’appelait « Phoenix »), le projet n’eut tout d’abord que peu de succès. Ce n’est que progressivement, à un rythme beaucoup moins rapide que Firefox, qu’il étend sa couverture. Le , « Minotaur » devient Mozilla Thunderbird.

Je ne peux donc que vous encourager à utiliser également ce logiciel libre, qui a l’avantage également de respecter votre vie privée !

Un logiciel pour rendre votre messagerie plus facile.

Thunderbird est une application de messagerie facile à configurer et à personnaliser, et elle comporte de nombreuses fonctionnalités très pratiques !

ALTERNATIVE @ gmail / outlook …


SOURCES & + D’INFOS @


Mozilla Firefox

Pour débuter cette série d’articles concernant les logiciels libres, je me devais de commencer par celui que j’utilise le plus au quotidien depuis des années …

Mozilla Firefox est un navigateur web libre et gratuit, développé et distribué par la Mozilla Foundation avec l’aide de milliers de bénévoles grâce aux méthodes de développement du logiciel libre/open source et à la liberté du code source.

Firefox est à l’origine un programme dérivé du logiciel Mozilla (actuellement connu sous le nom de SeaMonkey), mais reprenant uniquement les fonctions de navigation de celui-ci. Ce logiciel multiplate-forme est compatible avec diverses versions de Windows, Mac OS X, GNU/Linux, Android et, fin 2015, iOS. Il a été porté sur d’autres systèmes d’exploitation, ce qui est rendu possible par la mise à disposition de son code source sous licence libre MPL.

Le logiciel est intégré à la liste des logiciels libres préconisés par l’État français dans le cadre de la modernisation globale de ses systèmes d’informations (S.I.).

Ce logiciel a connu un succès croissant dans un premier temps, dépassant 1,2 milliard de téléchargements en . Même si ce nombre ne reflète pas le nombre réel d’utilisateurs du logiciel, Firefox est rapidement devenu le principal concurrent d’Internet Explorer, le navigateur Web de Microsoft. En , Firefox devient temporairement le navigateur le plus utilisé en Europe devant Internet Explorer et Google Chrome. Il se situe actuellement, selon une majorité des études réalisées en Europe et dans le monde, derrière le navigateur Google Chrome. Le , le projet Mozilla fête ses quinze années d’existence. Il est géré depuis 2003 par la fondation Mozilla. Celle-ci a créé en 2005 la société employant l’ensemble des salariés de la fondation, la Mozilla Corporation, et déposé la marque Mozilla en 2006.

Plus récemment, et notamment depuis l’essor des smartphones, Firefox a vu ses parts de marché décroître.

Parmi les initiatives de la fondation destinées à enrayer ce déclin, Mozilla lance fin 2016 un énorme chantier de refonte structurelle du navigateur dont une étape importante se concrétise avec Firefox Quantum, soit la version 57 du navigateur, qui est sorti fin 2017.

La première version de ce navigateur internet multiplateforme à vue le jour en septembre 2002 ! Il s’appelait alors Phoenix

Ce navigateur peut être personnalisé à partir d’une base épurée. En effet, plutôt que d’être fourni avec un nombre considérable d’options dans une distribution standard, Firefox accepte des milliers d’extensions et de thèmes graphiques, ce qui permet à chaque utilisateur de le modifier facilement à son goût.

La Mozilla Foundation, par l’intermédiaire de son moteur de rendu Gecko, promeut et suit dans ses logiciels les normes et standards ouverts, en priorité ceux du W3C. Ainsi, Mozilla Firefox supporte les standards du Web les plus basiques comme HTML, CSS, XHTML, XML, JavaScript, mais aussi DOM, MathML, XSL ou encore XPath.

Je ne peux donc que vous encourager à utiliser également ce logiciel libre, qui a l’avantage également de respecter votre vie privée !

 

Télécharger maintenant

ALTERNATIVE @ Chrome / Edge / Internet Explorer …


SOURCES & + D’INFOS @


L’actu des GAFAM #2

Comme annoncé dans mon dernier Edito du 21/09/2018 @ gafam’blog, vous trouverez ici mon second billet mensuel concernant l’actualité des GAFAM !
Dans ce billet, vous trouverez donc ma petite sélection d’articles qui ont été publiés dernièrement … Je vous invite bien évidemment à en prendre connaissance afin de vous forger votre opinion !

L’Arcep veut réguler les GAFAM

Titre : Décryptualité du 1er octobre 2018 – L’Arcep veut réguler les GAFAM
Intervenants : Manu – Luc
Lieu : April – Studio d’enregistrement
Date : octobre 2018
Durée : 15 min
Écouter ou télécharger le podcast
Revue de presse pour la semaine 39 de l’année 2018
Licence de la transcription : Verbatim
Illustration : shadow-man-hand-up Openclipart Licence Creative Commons Zero 1.0 Public Domain

Rebooter le web sans changer de logiciel économique ?

Il y a dix jours, Tim Berners-Lee a publié un billet intitulé « One Small Step for the Web » dans lequel il annonce qu’il se met en retrait de ses fonctions au W3C. Il y déclare avoir pris cette décision pour consacrer l’essentiel de son temps au projet Solid (Social Linked Data) qu’il développe depuis plusieurs années en nourrissant l’espoir de rebooter le web sur des bases plus saines. Cette annonce fait suite à une interview donnée cet été à Vanity Fair, dans laquelle Tim Bernes-Lee se disait « effondré » face au constat que « le web a desservi l’humanité au lieu de la servir » :

Nous avons démontré que le Web avait échoué au lieu de servir l’humanité, comme il était censé le faire, et qu’il avait échoué par de nombreux aspects. La centralisation croissante du Web, dit-il, a fini par produire – sans volonté délibérée de ceux qui l’ont conçu – un phénomène émergent à grande échelle qui est anti-humain.

Régulation des contenus : quelles obligations pour les géants du Web ?

9 octobre 2018 – Il y a 10 jours, nous expliquions que décentraliser le Web offrait l’espoir d’une organisation démocratique de nos échanges en ligne, en solution à l’hégémonie de l’économie de l’attention. En effet, les géants du Web distordent nos échanges pour des raisons économiques en favorisant les propos anxiogènes, caricaturaux, violents ou payés… au détriment des autres, et cela doit être corrigé.

Nos plaintes contres les GAFAM avancent !

10 octobre 2018 – Nous venons de recevoir des nouvelles de la CNIL au sujet de nos plaintes collectives, engagées en mai 2018 contre Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft. Ces nouvelles sont encourageantes.

Les plaintes contre Apple, Facebook et Microsoft ont été transmises à l’autorité irlandaise de protection des données, qui a commencé l’instruction des dossiers. Pourquoi est-ce l’autorité irlandaise qui instruira nos plaintes, plutôt que la CNIL française, à qui nos plaintes étaient destinées ?

Comme nous le rappelions déjà en mai dernier, le RGPD a posé un nouveau cadre de coopération entre les différentes « CNIL » européennes : si une entreprise collecte des données dans plusieurs pays européens, les CNIL de tous ces pays doivent collaborer pour contrôler cette entreprise. La CNIL de l’État où l’entreprise a le « centre de ses activités » dans l’Union européenne est désignée « autorité chef de file ». Cette autorité chef de file est chargée de conduire l’instruction et d’animer la coopération entre les autorités. C’est en Irlande que Apple, Facebook et Microsoft ont le centre de leurs activités européennes. La CNIL irlandaise est donc l’autorité chef de file pour instruire nos plaintes.

S’agissant d’Amazon, la plainte a été transmise à l’autorité du Luxembourg – puisque, cette fois-ci, c’est dans ce pays qu’Amazon a le centre de ses activités au sein de l’Union.

Enfin, qu’en est-il de Google ? C’est ici que la situation devient la plus intéressante.

3 ans ⅔ de « Dégooglisation » : bilan, impact et perspectives

Titre : Dégooglisons internet : 3 ans de campagne ou 3 ans ⅔ de « Dégooglisation » : bilan, impact et perspectives.
Intervenant : Pierre-Yves Gosset
Lieu : Rencontres mondiales du logiciel libre 2018 – Strasbourg
Date : juillet 2018
Durée : 1 h 01 min 12
Visualiser la vidéo
Licence de la transcription : Verbatim
Illustration :diapositive du diaporama support de la présentation

Libre à vous ! Radio Cause Commune – Transcription de l’émission du 2 octobre 2018

Titre : Émission Libre à vous ! diffusée mardi 2 octobre 2018 sur radio Cause Commune
Intervenants : Frédéric Couchet – Xavier Berne – Tangui Morlier – Laurence Comparat – Étienne Gonnu – Béatrice jean-Jean
Lieu : Radio Cause commune
Date : 2 octobre 2018
Durée : 1 h 30 min
Écouter ou télécharger le podcast
Page des références utiles concernant cette émission
Licence de la transcription : Verbatim
Illustrations : Bannière radio Libre à vous – Antoine Bardelli ; licence CC BY-SA 2.0 FR ou supérieure ; licence Art Libre 1.3 ou supérieure et General Free Documentation License V1.3 ou supérieure. Logo radio Cause Commune, avec l’accord de Olivier Grieco

De l’éthique dans les organisations : réduire le fossé entre pratiques et discours

La conférence Ethics by Design (@designethique) qui se tenait à Saint-Denis début octobre était l’occasion de faire le point sur la conception éthique dans ses multiples acceptions. L’un des fils rouges de ces rencontres, interrogeait la question de l’éthique dans les organisations… Retour sur quelques-unes des présentations, pour tenter de cerner les forces et les limites du sujet.

Le droit comme outil d’humanisation du travail des données

J’ai été invité récemment à l’Université d’automne du syndicat CFE-CGC, qui s’intéressait cette année à la question des répercussions des nouvelles technologies sur le travail. On m’avait demandé de traiter le sujet suivant : « Big Data, Intelligence Artificielle : quels outils pour que l’entreprise conserve son humanité ? ». Je poste ci-dessous le texte de l’intervention, illustré par les diapos sur lesquelles je me suis appuyé.

la plateforme de vidéos libre et fédérée

Ce qui nous fait du bien, chez Framasoft, c’est quand nous arrivons à tenir nos engagements. On a beau faire les marioles, se dire qu’on est dans l’associatif, que la pression n’est pas la même, tu parles !

Après le financement participatif réussi du mois de juin 2018, nous avions fait la promesse de sortir la version 1 de Peertube en octobre 2018. Et alors, où en sommes-nous ? Le suspense est insoutenable.

Nous étions confiants. Le salaire du développeur principal, Chocobozzz, était assuré jusqu’à la fin de l’année, nous avions déjà recensé des contributions de qualité, nous avions fait un peu de bruit dans la presse… Cependant, nous avions aussi pris un engagement ferme vis-à-vis de nos donateur·ices, ainsi qu’auprès d’un large public international qui ne nous connaissait pas aussi bien que nos soutiens francophones habituels.

Ne vous faisons pas languir plus longtemps, cette version 1.0, elle est là, elle sort à l’heure dite et elle tient ses promesses, elle aussi. C’est l’occasion de dérouler pour vous un récapitulatif des épisodes précédents, ce qui vous évitera de farfouiller dans le blog pour retrouver vos petits. On sait que c’est pénible, on l’a fait. 🙂

C’est quoi, PeerTube ? Une révolte ? Non, Sire, une révolution

Changer le monde, un octet à la fois

Cette année, comme les précédentes, Framasoft fait appel à votre générosité afin de poursuivre ses actions.

Depuis 14 ans : promouvoir le logiciel libre et la culture libre

L’association Framasoft a 14 ans. Durant nos 10 premières années d’existence, nous avons créé l’annuaire francophone de référence des logiciels libres, ouvert une maison d’édition ne publiant que des ouvrages sous licences libres, répondu à d’innombrables questions autour du libre, participé à plusieurs centaines d’événements en France ou à l’étranger, promu le logiciel libre sur DVD puis clé USB, accompagné la compréhension de la culture libre, ou plutôt des cultures libres, au travers de ce blog, traduit plus de 1 000 articles ainsi que plusieurs ouvrages, des conférences, et bien d’autres choses encore !

Depuis 4 ans, décentraliser Internet

En 2014, l’association prenait un virage en tentant de sensibiliser non seulement à la question du libre, mais aussi à celle de la problématique de la centralisation d’Internet. En déconstruisant les types de dominations exercées par les GAFAM (dominations technique, économique, mais aussi politique et culturelle), nous avons pendant plusieurs années donné à voir en quoi l’hyperpuissance de ces acteurs mettait en place une forme de féodalité.

Et comme montrer du doigt n’a jamais mené très loin, il a bien fallu initier un chemin en prouvant que le logiciel libre était une réponse crédible pour s’émanciper des chaînes de Google, Facebook & co. En 3 ans, nous avons donc agencé plus de 30 services alternatifs, libres, éthiques, décentralisables et solidaires. Aujourd’hui, ces services accueillent 400 000 personnes chaque mois. Sans vous espionner. Sans revendre vos données. Sans publicité. Sans business plan de croissance perpétuelle.

Mais Framasoft, c’est une bande de potes, pas la #startupnation. Et nous ne souhaitions pas devenir le « Google du libre ». Nous avons donc en 2016 impulsé le collectif CHATONS, afin d’assurer la résilience de notre démarche, mais aussi afin de « laisser de l’espace » aux expérimentations, aux bricolages, à l’inventivité, à l’enthousiasme, aux avis divergents du nôtre. Aujourd’hui, une soixantaine de chatons vivent leurs vies, à leurs rythmes, en totale indépendance.

Il y a un an : penser au-delà du code libre

Bonnes feuilles : l’intelligence artificielle, le risque de la colonisation numérique

Développer des intelligences artificelles, notamment sur un modèle de deep learning, n’est pas exempt de difficultés, et ce sont les moyens d’y remédier qui vont créer des enjeux bien plus larges que le simple aspect technologique. Une des limites du Deep Learning suppose de prendre en compte la nécessité de disposer d’une base de données dense pour développer des intelligences artificielles.

Sur ce point, il est important de comprendre où se trouvent ces données d’apprentissage car elles représentent la nouvelle ressource de l’ère numérique.

Le libre, oui, mais comment

Petit billet d’humeur suite à quelques échanges avec Framasoft et les Chatons. Voici quelques pensées, un peu en vrac, sur le libre…

Internet : neutre mais pas trop ? La méthode scientifique

Titre : Internet : neutre mais pas trop ?
Intervenants : Serge Abiteboul – Benjamin Bayart – Mathilde Morineaux – Sébastien Soriano – Céline Loozen – Nicolas Martin
Lieu : Émission La méthode scientifique – France Culture
Date : septembre 2018
Durée : 58 min
Écouter sur le site de l’émission ou écouter le podcast
Licence de la transcription : Verbatim
Illustration : Symbole de la neutralité du réseau – Camilo Sanchez. Domaine public

Crise de l’imagination : l’inventeur du web prend ses responsabilités, et vous ?

Sans lui, le web n’existerait pas. Tim Berners-Lee voulait aider les gens à travailler ensemble, à commencer par ses collègues du CERN. Pour son inventeur, le web a toujours eu la vocation d’être contributif : à chacun de l’enrichir en contenus et en liens. Cet idéal est plus que jamais menacé par le duopole que constituent Google (qui n’a rien d’un service public) et Facebook (qui n’a rien d’un média comme un autre), cela n’a pas échappé au principal intéressé.

L’inventeur du web a annoncé qu’il interrompait ses activités au MIT ainsi qu’à la tête du W3C pour prendre la direction technique d’une startup, Inrupt, vouée à soutenir la diffusion et le développement d’un logiciel open source sur lequel il travaillait depuis quelques années avec son équipe : Solid. L’ambition de ce projet : nous redonner la maîtrise de nos données. En créant son POD (Personnal Online Data Store), chacun pourra choisir où seront stockées ses données personnelles et décider quelles applications auront accès à quelles données… à condition d’opter pour des applications conçues pour ce nouvel écosystème. Par leur initiative, Tim Berners-Lee et ses collaborateurs espèrent contribuer à provoquer le sursaut d’imagination : comme l’affirme désormais l’association Framasoft, dégoogliser Internet ne suffit pas.

« Nous ne sommes pas propriétaires, mais maîtres de nos données »

Titre : Valérie Peugeot : « Nous ne sommes pas propriétaires, mais maîtres de nos données »
Intervenantes : Valérie Peugeot – Caroline Broué
Lieu : France Culture – Émission Les Matins du samedi
Date : février 2018
Durée : 32 min 50 [parties transcrites]
Écouter sur le site de l’émission ou écouter le podcast
Licence de la transcription : Verbatim
Illustration : RGPD : Guide sur la sécurité des données personnelles, Martin Bouvron. Quai Alpha. Logo France Culture Wikipédia

La précarité des utilisateurs d’informatique propriétaire quand l’éditeur change de modèle

Titre : La précarité des utilisateurs d’informatique propriétaire quand l’éditeur change de modèle – Décryptualité du 22 octobre 2018
Intervenants : Manu – Luc
Lieu : April – Studio d’enregistrement
Date : octobre 2018
Durée : 14 min 38
Écouter ou télécharger le podcast
Revue de presse pour la semaine 42 de l’année 2018
Licence de la transcription : Verbatim
Illustration : Cloud Computing Image Wikimedia Commons. Licence Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported.


Bonus :

Les deux documentaires diffusés le soir du 01/11/18 sur France 2 :

Google, Apple, Facebook, les nouveaux maîtres du Monde

Faut-il avoir peur d’Amazon ?

… Bonnes découvertes & bonnes lectures !


Framadrop

Partager des fichiers de façon confidentielle

Framadrop est un service en ligne gratuit et libre pour partager des fichiers de manière confidentielle.
Vos images sont cryptées et hébergées sur notre serveur et nous n’avons aucun moyen de les décrypter.

Pour vous aider dans l’utilisation du logiciel, voici un tutoriel vidéo réalisé par arpinux, artisan paysagiste de la distribution GNU/Linux pour débutant HandyLinux.

Framadrop est dérivé du logiciel Lufi créé par Luc Didry. Lufi est sous licence libre AGPL.

Les sources de Framadrop sont disponibles sur la forge logiciel de Framasoft.

Pour participer au développement du logiciel, proposer des améliorations ou simplement le télécharger, rendez-vous sur le site de développement.

Si vous souhaitez installer ce logiciel pour votre propre usage et ainsi gagner en autonomie, l’équipe de Framasoft vous aides @ http://framacloud.org/cultiver-son-jardin/installation-de-lufi/


SOURCE & + d’infos @

 

Framabin

Transmettez des messages chiffrés

Framabin est un service en ligne libre et minimaliste qui permet de partager des textes de manière confidentielle et sécurisée.

Vos données (commentaires inclus) sont chiffrées dans le navigateur web en utilisant l’algorithme AES 256 bits.
Elles sont ensuite transmises et stockées sur les serveurs de Framasoft sans qu’il nous soit possible de les déchiffrer. Vous seuls possedez la clé utilisée pour chiffrer et déchiffrer les données.

Framabin repose sur le logiciel PrivateBin, un fork de ZeroBin initialement développé par Sébastien Sauvage.

PrivateBin et ses composants sont sous licence libre.

Framabin requiert l’activation du Javascript pour fonctionner ainsi qu’un navigateur web récent : L’utilisation d’Internet Explorer n’est pas recommandée.

Pour participer au développement du logiciel, proposer des améliorations ou simplement le télécharger, rendez-vous sur le site de développement.

Si vous souhaitez installer ce logiciel pour votre propre usage et ainsi gagner en autonomie, l’équipe de Framasoft vous aides @ http://framacloud.org/fr/cultiver-son-jardin/pastebin.html


SOURCE & + d’infos @

 

Framemo

Mettez vos idées au clair

Framemo est un service en ligne libre et minimaliste qui permet d’éditer et d’organiser collaborativement des idées sous forme de notes.

Framemo reposee sur le logiciel Scrumblr développé par Ali Asaria. Scrumblr et ses composants sont sous licence libre.

Framemo requiert l’activation du Javascript pour fonctionner ainsi qu’un navigateur web récent : L’utilisation d’internet Explorer n’est pas recommandé.

Pour participer au développement du logiciel, proposer des améliorations ou simplement le télécharger, rendez-vous sur le site de développement.

Si vous souhaitez installer ce logiciel pour votre propre usage et ainsi gagner en autonomie, l’équipe de Framasoft vous aides @ http://framacloud.org/cultiver-son-jardin/installation-de-scrumblr/


SOURCE & + d’infos @

Facebook : scandale & vie privée

Vous avez du entendre parler du scandale « Cambridge Analytica » qui a touché Facebook de plein fouet & qui a fait grand bruit dans la presse au cours des dernières semaines …

Si vous souhaitez en savoir un peu plus, je vous invite à lire par exemple ces quelques articles :

Vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire (#DeleteFacebook

& venez @ framasphere.org  / diaspora-fr / diasporafoundation )!

Qu’est-ce que diaspora* ?

Diaspora* est un réseau social respectueux de ses utilisateurs qui accorde la plus grande importance à la protection de la vie privée : il ne revend aucune information, n’affiche pas de pub, chiffre les données échangées et permet l’utilisation de pseudonymes.

Framadsense

« Ceci n’est pas une pub »

Faisons de la réclame pour des projets qui ont du sens

C’est avec le plus grand sérieux que l’association Framasoft a lancé le premier avril dernier son alternative à la régie publicitaire Google AdSense : Framadsense !

Vous croyez que c’est une blague… ? Vous ne vous doutez pas à quel point nous sommes sérieux, dès qu’il s’agit de déconner.

Le profilage publicitaire est un gros problème dans notre société : il est à l’origine des Léviathans qui centralisent le web.

La pub en ligne est partout, c’est une catastrophe numérique et écologique…

La majorité des alternatives qui permettent de préserver notre vie privée manquent de visibilité … alors JosephK (un de leurs salarié) a eu l’idée suivante :

Et si on montrait les mécanismes de la pub en ligne tout en faisant de la réclame pour les alternatives éthiques ?

C’est ainsi qu’est né Framadsense, disponible à l’adresse https://sense.framasoft.org :

Framadsense mime les bannières utilisés par les régies publicitaires et les codes marketing de leurs annonceurs dans l’objectif de promouvoir les projets alternatifs qui œuvrent pour l’intérêt général.

Ces projets sont :

  1. Libres (= open source + éthiques)
  2. Non lucratifs
  3. Respectueux de votre vie privée

Évidemment Framadsense respecte ces mêmes critères.

Derrière tout ça, tourne le logiciel Sense3, développé par JosephK. Forcément, il s’agit d’un logiciel libre qui respecte votre vie privée.

Les bannières n’affichent que des projets libres et non lucratifs… voire des œuvres d’art, juste pour le plaisir de remplacer la pollution visuelle par de la culture !

Si vous le désirez, vous pouvez proposer de nouvelles bannières en collaborant au code sur son dépôt !

Si vous désirez l’utiliser pour votre site web, il vous suffit d’aller sur Framadsense & de suivre les explications…


SOURCE & + D’INFOS @ https://sense.framasoft.org/ & https://sense3.org/

Mais également @ https://framablog.org/?s=Framadsense

https://framablog.org/2018/04/01/framadsense-la-publicite-qui-a-du-sens/


Si vous aimez ce que je (re)diffuse & si vous voulez me soutenir :
Vous pouvez m’aider à continuer en faisant un don en Ğ1 @

7xRaTrsX7T9vUeuyDEK7nAQaKES6TGqjnhH3xbHtgKTZ