Laeticia, Junker, Youtube, et la liberté

 

Bravo.

Félicitations Laeticia, l’intégrité est quelque chose de si rare, si précieux, ça me bouleverse quelqu’un qui tient tête, qui ne se laisse pas impressionner. Si tout ce que tu as raconté sur cette aventure est vrai, c’est admirable, respect.

Je résume: Youtube a organisé une campagne pour faire interviewer Junker par des Youtubeurs sympas, ils ont sélectionné parmi d’autres Laeticia pour servir la soupe sans danger. Manque de bol, Laeticia a bossé le sujet et préparé de vrais questions.

« On m’a suggéré de demander à Mr. Juncker “Qu’est-ce que le bonheur ?”, d’évoquer son téléphone Nokia 3310 et son chien qui s’appelle Platon. »

On a fait pression sur elle pour qu’elle ne les pose pas, elle a résisté, et elle a envoyé du lourd. Laeticia ira ensuite jusqu’à refuser un contrat dont elle rêvait avec Google, pour ne pas se faire acheter. Plus de détails ici, avec notamment l’incontournable sexisme qui s’est illustré dans cette opération: logique, on est  dans le monde de la com, Coco!

Je vais maintenant ergoter sur le fond mais avant toute chose j’aimerais insister: respect total pour cette leçon d’intégrité.

Là où je ne suis pas d’accord, c’est sur les dernières secondes de ta vidéo. Tu es pleine d’enthousiasme et tu défends « une plateforme en laquelle on croit et qui doit rester libre ».

Youtube n’est pas un espace de liberté. Youtube, et donc Google, est une entreprise. Sa raison d’être est le profit, ce n’est pas un service public, il ne saurait être question de valeurs ou de démocratie. Lorsque tu endosses ce rôle d’évangéliste pour Youtube, pour moi tu renies les valeurs en lesquelles tu sembles croire.

Crois tu vraiment que les créateurs de ces services que sont twitter, facebook et autres youtube se sont assis un matin à leur table en se disant: « allez zou, je vais inventer un outil extraordinaire qui mettra les gens en contact afin de sauver le monde et promouvoir la démocratie »?

Non. Une startup ça bidouille, et un jour ça se vend le plus cher possible.

Ces outils sont effectivement extraordinaires, l’utilisation conjointe de toutes ces plateformes qui nous donnent des possibilités inédites de diffusion et de partage peuvent effectivement nous aider à promouvoir la liberté, mais Google peut fermer ton compte, facebook et twitter peuvent censurer tes contenus, ils en ont le pouvoir et ils en ont le droit. Il n’est pas question de liberté. Il est question de contrat et d’intérêts.

C’est important parce que ces services sont hégémoniques et qu’ils se veulent toujours plus la vitrine unique du monde. Beaucoup d’internautes ne voient qu’à travers eux. Je peux comprendre qu’on les utilise, moi même je le fais abondamment, mais il me semble qu’il faut toujours garder à l’esprit ce que sont ces entreprises, et ne surtout pas en attendre de la liberté.

La liberté est ailleurs. Ca s’appelle le logiciel libre justement et des alternatives existent. Si tu t’intéresses à ton audience, je le concède, c’est plus compliqué. Mais la liberté n’a pas de prix, une femme aussi fière que toi doit le savoir 🙂

 

PS: l’interview de Junker dans son intégralité


SOURCE @ http://jcfrog.com/blog/laeticia-junker-youtube-et-la-liberte/

+ d’infos @ http://www.numerama.com/politique/195481-laetitia-nadji-juncker-et-youtube-pourquoi-tant-de-drama.html